• Les deux France de M. Sarkozy

    Nous avons eu droit fut un temps à la « France d’en bas », opposée à la « France d’en haut ». Ce qui en faisait grincer quelques uns, mais confortait en somme le prolétariat dans l’idée qu’il était asservi et le patronat dans l’idée qu’il rejoindrait peut être un jour la haute société – la vraie.

    Mais depuis la Terre a tourné, les temps ont changé… On s’est aperçu un jour il n’y avait presque plus d’ouvriers en France, et que les grands patrons étant apatrides, une telle description binaire de la société française ne collait plus vraiment à la réalité. Quel malheur, car il reste toujours en France un peu de ce sang gaulois prompt à la discorde et aux querelles, qui a fait notre force quand il s’est mis à bouillir contre l’ennemi, mais qui a fait notre perte quand il s’est agi de vivre en paix. Les Français, semble-t-il, auraient besoin depuis quelques siècles de schémas simples pour savoir qui est le gentil, et qui est le méchant. En ce début de millénaire, il était temps de trouver une nouvelle ligne de fracture…

    Heureusement, un homme providentiel est sorti des urnes. Sa famille vient de loin, sa femme aussi, mais il se donne corps et âme pour notre pays. Il connaît les Français mieux que personne, et sait par où les prendre. C’est donc lui qui a résolument pris les choses en main, et qui a enfin redonné tout son lustre à la bonne vieille dichotomie française : sauf que cette fois, c’est « France d’avant » vs « France d’Après » Avant et après quoi ou qui ? On se le demande !

    Ecoutons M. le Président définir et magnifier la France d’avant, qui répond aussi au petit nom de France à Papa. Des propos presque dignes du Label rouge !
    "Il ne s’agit pas de chercher à imposer un modèle unique de civilisation. (…) Ce serait nier les identités. (…) Rien n’est plus dangereux qu’une identité blessée, une identité humiliée." (Discours en Arabie Saoudite, 18 novembre 2009)
    "Le Français qui ne croit pas en Dieu n’imagine pas (…) son village sans le clocher de son église qui le surplombe depuis dix siècles. C’est la France. Pas un libre-penseur, pas un franc-maçon, pas un athée qui ne se sente au fond de lui l’héritier de la chrétienté" (discours du 12 novembre 2009, la Chapelle-en-Vercors)
    "Je veux tourner la page de Mai 68 une bonne fois pour toutes. Mais il ne faut pas faire semblant… Je propose aux Français de renouer en politique avec la morale." (Palais omni-sport de Bercy, 29 avril 2007)

    A ce panégyrique d’un ordre moral en voie de disparition, répond une définition d’une France d’Après qui a de quoi rendre les bisounours malades de jalousie :

    C’est une France-République métissée :
    "Je pense que les Français attendent une France d’après. (…) C’est une France où l’expression “Français de souche” aura disparu.'' (Livre-programme de 2006)
    "La France, ce n’est pas une race, ce n’est pas une ethnie, c’est une République."(Discours de fin de campagne 2007)
    "Notre nation est métissée. L’immigration constitue une source d’enrichissement permanent. Chaque nouveau Français apporte son histoire, les richesses de ses origines, sa contribution." (Directives à M. Besson concernant le débat sur l’identité nationale)

    C’est une France libertaire :
    "Le droit à l’avortement fait partie de notre identité." (Discours de fin campagne 2007)
    Les femmes au foyer sont "un gâchis pour la société dans son ensemble." (Discours aux associations familiales, 13 février 2009)
    "L’erreur qu’a commise la droite à l’époque du Pacs ! C’était ridicule et outrancier. On s’est trompé. J’en ai tiré des conséquences définitives." (Entretien au Nouvel Observateur, 2 juillet 2009) 

    C’est une France technologique : M. Sarkozy entre au livre des records en consultant son portable sous le nez du Pape au Vatican.

    C’est une France réconciliée : le 11 novembre n’est plus la commémoration de l’armistice et le souvenir de nos héros de la Grande guerre, mais la "fête de l’amitié franco-allemande".

    Bien entendu, dans le meilleur des mondes, tout est possible : conserver son identité tout en la transformant, rester français tout en devenant citoyen du Monde, défendre les valeurs morales et laisser l'immoralité battre le haut du pavé, intégrer l'autre tout en se désintégrant, manger la chèvre et manger le chou.

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :