•      www.chateauversailles.fr

    Une exposition originale au château de Versailles, jusqu'au 25 avril 2010. Le site internet du château propose un excellent diaporama, qui vous permettra de voir quelques unes des photographies exposées. C'est aussi un peu plus d'un siècle et demi d'histoire de France que l'on retrouve en filigrane tout au long de la galerie. Les amateurs apprécieront!

    1 commentaire


  • J'aime le son du cor le soir au fond des bois
    Soit qu'il chante les pleurs de la biche aux abois,
    Ou l'adieu du chasseur que l'écho faible acceuille,
    Et que le vent du nord porte de feuille en feuille.

    Que de fois, seul, dans l'ombre à minuit demeuré,
    J'ai souri de l'entendre, et plus souvent pleuré!
    Car je croyais ouïr des ces bruits prophétiques
    Qui précédaient la mort des Paladins antiques.

    Ô montagne d'azur! ô pays adoré!
    Rocs de la Frazona, cirque de Marboré,
    Cascades qui tombez des neiges entraînées,
    Sources, gaves, torrents des Pyrénées;

    Monts gelés et fleuris, trônes des deux saisons,
    Dont le front est de glace et le pied de gazons!
    C'est là qu'il faut s'asseoir, c'est là qu'il faut entendre
    Les airs lointains d'un cor mélancolique et tendre.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •    La vierge pèlerine ND de France

    « La mise en évidence des racines chrétiennes de la France permettra à chacun des habitants de ce pays de mieux comprendre d'où il vient et où il va. Dans le cadre institutionnel existant et dans le plus grand respect des lois en vigueur, il faudrait trouver une voie nouvelle pour interpréter et vivre au quotidien les valeurs fondamentales sur lesquelles s’est construite l’identité de la nation. »

    Benoît XVI aux évêques de France

    1 commentaire
  • Cliquer pour agrandir


    votre commentaire
  •         www.bouquineuse.com


    Parce que chaque mot a son histoire... Que signifie au juste "gambiller", ce joli mot quelque peu oublié? A chacun de s'interroger avant de lire la définition proposée par un blog consacré à la Nouvelle Langue française.

    "Dérivé de gambe, mot qui, en normand et en picard, vaut pour jambe, ce verbe est attesté dès le XIVe siècle dans les langues régionales du nord de la France avec divers sens, successifs ou concomitants : « serrer entre ses jambes » », « marcher », « faire un croc-en-jambe », « enjamber » et, à la forme pronominale, « étendre, agiter les jambes ». En français, il est plus tardif. En 1609, il est employé au sens d'agiter les jambes, de se trémousser (« il vaut mieux demander et mendier, que non pas au gibet gambiller »). Dans le Dictionnaire de l'Académie française, où il entre dès la première édition (1694), il a pour sens : « remuer les jambes, les jeter deçà et delà », les académiciens précisant que le mot « se dit ordinairement des enfants ou de fort jeunes gens quand ils démènent les jambes étant assis ou couchés ». Les exemples sont on ne peut emmailloter cet enfant, il ne fait que gambiller ; les enfants ne font que gambiller - même définition et mêmes exemples répétés en 1718, 1740, 1762, 1798 (« il est familier »), 1835 (« il est très familier ») ; Féraud, Dictionnaire critique de la langue française, 1788 : « frétiller, remuer sans cesse les jambes, comme font les enfants » ; Littré, Dictionnaire de la langue française, 1863-77 : « terme familier ; remuer les jambes de côté et d'autre quand elles sont pendantes » : ainsi chez Saint-Simon (le duc de), « j'en ai vu quelquefois gambiller de petits présidents qui avaient peine à se tenir assis sur leurs sièges élevés ». Dans la huitième édition du Dictionnaire de l'Académie française (1932-35), la mention « familier » n'apparaît plus, non plus que la référence aux enfants : « remuer les jambes de côté et d'autre, quand on les a pendantes », sens qui est tenu pour vieux dans le Trésor de la langue française (1971-94) et « familier » et « vieux » dans la neuvième édition du DAF.

    Les dictionnaires actuels (TLF, DAF) ne mentionnent comme sens usuel que le sens attesté en 1821, « danser », dans un ouvrage sur l'argot du bagne de Brest : « argotique et populaire, marcher, s'en aller ; danser, se trémousser sur un rythme vif » (TLF) et « populaire, danser » (DAF, neuvième édition, en cours)."

     

    votre commentaire